Cordoba – Argentina

Cordoba, c’était la transition avant de rejoindre le Nord Argentin. J’y suis arrivée en voiture, avec Daniel, depuis Merlo. Après 4 heures de route, nous avons rejoins l’auberge où j’avais réservé pour moi et nous y avons encore partagé une après-midi. Daniel avait ensuite rendez-vous avec son fils pour la soirée. C’était le temps de me retrouver et d’organiser un peu la suite.

De Cordoba, j’ai aimé son architecture, sa vie culturelle, ses alentours, en pleine nature. J’y ai retrouvé des ambiances de Buenos Aires, dans certaines de ses rues, mais dans une ville davantage à taille humaine.

J’ai commencé ma visite de Cordoba par un « free walking tour ». Quésaco ? Ce sont souvent des étudiants, souvent réunis en association, qui proposent des tours touristiques de la ville « gratuits ». En fait, à la fin, on donne ce que l’on veut selon notre appréciation du tour. Ils commencent souvent autour de 10h et le point de rendez-vous est en général sur la place centrale, tous les jours de la semaine ou le week-end, dépendant de la ville dans laquelle vous vous trouvez.
Ce free-walking tour là passait par la Cathédrale, le musée de la Mémoire, la crypte jésuite, l’immeuble de plus étroit de Cordoba et nous arrêtait devant l’entrée d’un immense centre commercial (ben tiens !). C’était chouette, mais j’étais un peu déçue car vraiment trop touristique à mon goût : nous avons fait vraiment tous les « spots à touristes », que j’aurais fait seule de toute façon, au lieu d’en apprendre davantage sur la ville. Et ce n’étaient que des français..pénibles !

La Cathédrale est sublime, elle domine la place centrale, suivie de près par le Cabildo (ancien bâtiment servant au gouvernement).

Le musée de la Mémoire, nichée dans un petit passage, entre la Cathédrale et le Cabildo, nous fait entrer dans un lieu plein d’émotions : ancien centre de détention, torture et assassinats durant la « guerre sale », dans les années 70-80. Là étaient détenus des hommes, mais aussi des femmes, dont certaines, enceintes. Elles accouchaient en cellule, leurs enfants étaient ensuite donnés, sans permission aucune, à l’adoption. A l’heure actuelle, les « abuelas » (grands-mères) les cherchent encore (comprendre que les mères sont décédées des actes de tortures, et les grands-parents cherchent leurs petits-enfants disparus). Les abuelas portent des « pañuelos blancos », des foulards blancs sur la tête, et des marches et actions sont régulièrement organisées dans le pays. Une exposition très touchante, présentant des albums photos des disparus.

Je visite aussi le musée des beaux arts dans le « Palacio Ferreyra », superbe bâtiment, qui vaut le détour. L’exposition est très chouette également, et dans le parc entourant le bâtiment, on peut y voir une exposition de photographie temporaire.

Dans le même quartier, à côté de la plaza d’España, se trouve le bâtiment étrange du Centre culturel, jouxtant le « Faro del Bicentenario », et derrière eux, le grand Parque Sarmiento, parc publique. J’ai pu assister à une partie d’un concert en plein air…pour les adolescents ! Clairement, au vu du public présent, j’étais trop vieille !

La Iglesia de los Capuchinos o Iglesia del Sagrado corazón de Jesus (église des Capucins), à mes yeux, une vrai merveille ! Moi qui aime les détails, je suis servie rien qu’en observant sa façade ! Des colonnes, des arcades, des statuettes, des cariatides, des gargouilles, des torsades, le tout agrémenté de couleurs ! Je l’ai vu de jour et de nuit, cette façade néogothique éclairée par de multiples spots de lumières est sublime ! L’intérieur de cette église, sombre, bleuté et tout aussi chargé de détails est surprenant et sublime également.

En face de cette sublime église, un autre monde : le paseo Buen Pastor. Une fontaine chantante, des bars, une exposition temporaire de photos, une foule dense à l’heure de l’apéro. Incroyable! Ambiance apaisante, bon enfant et un brin romantique, de fin de journée.

Comme à San Telmo, quartier de Buenos Aires, les week-end et jours fériés, c’est jour de foire et marché aux puces ! Bienvenue à la Feria de Güemes (quartier, qui porte le nom d’un général Argentin) ! C’est un quartier branché, plein de bars, restaurants, animation et jeunesse. Et la feria est immense, pour mon plus grand plaisir ! Je chine à tous le stands !

Dans les environs de Cordoba…

Alta Gracia

Je me suis d’abord rendue à Alta Gracia, à environ 40 minutes de bus de Cordoba. Bon, c’est petit, mignon mais il n’y a pas grand chose à voir à part ses musées.

J’ai passé du temps au musée de Che Guevarra, dans la maison de son enfance. On y apprend comment il a passé son enfance, puis choisi de faire la guérilla. Visite émouvante également.

Je visite également l’estancia jésuite, dont j’ai surtout aimé le bâtiment.

Parque Nacional de la Quebdrada del Condorito

Mon ami David, un argentin rencontrée à Buenos Aires, me rejoins à Cordoba pour quelques jours. Nous voulions aller ensemble faire une petite randonnée en nature. Première tentative : nous partons tôt pour la gare routière dans l’espoir de rejoindre le parc à environ 2h15 de route en car. Malheureusement, c’est un jour férié et tous les bus sont complets. Retour au bercail bredouille, avant de retenter notre chance le lendemain matin. Cette fois, nous avons réservé notre trajet en bus à l’avance. Lors de cette deuxième tentative, nous prenons donc notre bus à 6h45. Vers 9h, il nous dépose au milieu de nul part, devant un panneau indiquant l’entrée du parc 2 kilomètres plus loin. Il faut ensuite s’enregistrer au centre des visiteurs. La randonnée que nous voulons faire dure normalement 2 heures mais nous la faisons en 1 heure 15. C’était bien suffisant, car il fait une chaleur étouffante, et il n’y a aucun arbre pour faire un peu d’ombre.
La marche est sympa, nous pouvons observer à le paysage à perte de vue, nous pouvons avoir un lac au loin, et enfin nous débouchons sur la Quebrada, une sorte de Canyon, pour observer le vol des condors ! Superbe ! Ils sont là, il y en a 2-3 mais cela suffit à me ravir. Ils volent au dessus de nos têtes et contre les parois rocheuses, ils sont majestueux, ils sont immenses.

La randonnée n’était pas assez longue à mon goût et j’aurais adoré en découvrir davantage dans ce parc. Mais, lorsque nous sommes arrivés, les gardiens nous ont dit que nous ne pourrions pas en faire plus. En effet, le dernier bus de retour est plus ou moins annoncé entre 15h et 16h, il ne faut donc pas qu’on s’éternise de trop. Nous aurions dû camper sur place pour disposer de plus de temps. Nous nous rendons donc à l' »arrêt » de bus (devant la pancarte, au bord de la route, donc.) et attendons, en plein cagnard pendant 1 heure 30. Ouf, il arrive enfin! Il est plein et nous ne pouvons pas nous assoir. Patience, patience..

Playa de los hipies – Cuesta blanca

Faute d’avoir pu aller au « Parque del Condorito » du premier coup, nous embarquons le pique nique et nos affaires de plages et nous nous rendons à Cuesta Blanca en 2 heures de bus dans l’après-midi (oui, en Argentine, les destinations « proches » sont toujours à 2-3 heures de trajet, la patience est encore de rigueur..). Superbe ambiance estivale, au bord de l’eau, au bord du fleuve, dans le sable, et entre les rochers. C’est l’heure du maté en observant les gens autour de nous. Il y a même des vendeurs de pâtisseries qui défilent en portant à bout de bras leurs cargaisons, marchant les pieds dans l’eau (comme les vendeurs de chouchou sur nos plages européennes).
Par contre….quelle idée de se déplacer un jour férié ? Le retour nous prendra 3 heures 30, le bus plein à craquer est coincé dans des embouteillages monstrueux…de la folie!

C’est ainsi que s’achève mon séjour à Cordoba. J’ai aussi pu y écouter un nouvel accent argentin, très chantant, où « que calorozozon » signifie qu’il fait très chaud (à la place de « que calor »). Je le maîtrise à la perfection et pourrais donc l’utiliser la prochaine fois ! J’irai également davantage à la découverte de la nature dans cette région, qui semble regorger de petits coins sympas. 🙂

Cariños !
Marine


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s