Punta Arenas – Chili

Ceux qui me suivent de près le savent, je suis bel et bien arrivée à Punta Arenas, à la pointe sud de l’Amérique du Sud, au Chili !
Mon souhait était de retourner en Patagonie, là où mon projet à débuté. Mais cette fois je suis du côté chilien, pour commencer.

Et quel commencement ! L’arrivée a été plus difficile que prévu au niveau émotionnel. Cela a été difficile de se retrouver toute seule au bout du monde, après avoir passé Noël bien entourée ! Pour résumer, pendant mon vol, j’ai maintes fois remis en question mon projet : « est-ce que j’en suis vraiment capable ? », « je peux toujours rebrousser chemin », « je vais déjà essayer de tenir une semaine et puis on verra ». Bon. Rien de dramatique, mais quand même, je ne m’attendais pas à le vivre de cette façon.

Mon vol (ou devrais-je dire mes vols, car j’en ai pris trois et le dernier comportait un arrêt de 40 minutes au milieu..) était très long. J’ai eu (trop!) le temps d’y penser, de vivre toutes ces émotions. J’ai d’abord pris un long vol Paris-Sao Paulo (Brésil), durant lequel j’ai tenté de dormir, mais j’ai aussi regardé des films, dont l’un qui m’a fait pleurer de plus belle…ben oui, pourquoi se faciliter la tâche ?
Par contre, à la fin du vol Sao Paulo -Santiago, j’ai été très agréablement chamboulée, et cette fois c’étaient des larmes de joie : j’ai survolé la Cordillère des Andes et j’avais une place « hublot ».
Je ne peux que vous conseiller de bien choisir vos sièges dans l’avion, car une vue pareille vaut bien les 20 heures de vol !!! C’est indescriptible. Ces montagnes sont majestueuses, arides, grandioses, désertes. J’ai pu y apercevoir des glaciers.
A ce moment-là, je me suis tout d’un coup souvenu pourquoi j’avais eu ce projet et je me suis dit que j’étais au bon endroit.

Bref, assez parlé d’émotions en tout genre, passons au voyage ! Car, depuis, ça va mieux, le moral et au beau fixe et je me rends compte que vadrouiller sur notre belle planète, de cette manière, m’avait manqué (mais il fallait bien économiser….)!

Je suis donc arrivée dimanche 29 décembre 2019, à Punta Arenas. Une arrivée toute facile, puisque depuis l’aéroport j’ai pris un bus public qui m’a déposée, en quinze minutes, devant la porte de mon auberge (Hostel Good Vibes, avenida Colon). Je suis arrivée en même temps qu’une néerlandaise, et nous avons sympathisé de suite. C’était vraiment chouette de pouvoir partager ma première soirée et mon premier repas au bout du monde.

Le lendemain, je me suis lancée à la découverte de la ville, sans avoir de but précis, si ce n’était de trouver l’office de tourisme, d’acheter une carte SIM et de repérer la gare routière.
Le centre ville est assez petit, et mon auberge étant située en plein centre, j’avais rapidement fait le tour des principaux « spots » à voir.

Chaque ville chilienne s’articule autour d’une place principale, la Plaza de Armas, ici appelée « plaza Munoz Gamero ». Ce sont souvent de grandes places, avec au centre des bancs (en Amérique du Sud, il y a toujours des gens qui attendent, on ne sait quoi, sur ces bancs..^^), elles sont en général bordées d’arbres et déservent les avenues principales.

Je me suis ensuite baladée le long de la côte, pour observer le détroit de Magellan. Une sympathique ballade, au bord de l’eau. Il y a beaucoup de vent, mais le soleil est là et il ne fait pas froid (moi qui m’attendais à un temps couvert en permanence et à de la pluie, je suis finalement bien gâtée!). J’y ai vu des oiseaux, un peu de street art. J’ai visité le Mercado municipal, les magasins de souvenirs faits-main (handycraft). J’ai bu un jus de mangue, avec vue, dans un petit café-librairie à l’ambiance cosy.

J’ai aperçu deux jeunes se jeter à l’eau. Ils avaient dû se lancer un défi, car l’eau était vraiment froide (et c’est moi qui le dit, alors que je me baigne dans une eau à 15°C), et je n’ose pas imaginer l’effet du vent lorsqu’on en ressort trempé ! Sont fous ces chiliens !

Moi j’ai poursuivi mon chemin, en prenant un peu de hauteur pour aller voir la vue sur la ville depuis un mirador. On peut apercevoir quelques buildings et grands bâtiments, mais la plus part sont de petites bâtisses et les maisons sont en taules. Elles sont souvent colorées, et souvent aussi brinquebalantes. On se demande comment certaines tiennent encore debout, mais du linge est étendu dans les jardins…des familles y vivent donc bel et bien !
Les maisons ici ne sont pas insonorisées, non plus, je ne vous dit pas l’enfer, quand quelqu’un ronfle…dans la chambre d’à côté !!

Vue sur Punta Arenas, depuis le Mirador

En fin d’après-midi je suis encore allée visiter le cimetière de Punta Arenas. Etrange ? Non, moi j’aime bien visiter les cimetières, cela change d’atmosphère et peut nous en dire long sur les habitants de la ville. Celui-là m’a rappelé celui de Buenos Aires (Recoleta), et aussi un peu celui du Père Lachaise à Paris (en moins grand tout de même). Malheureusement, dans celui-ci je n’ai reconnu aucun nom sur les tombes. La tombe d’un magnat de la laine était taguée, peut-être en lien avec les manifestations actuelles dans tout le pays.

Entrée du cimetière de Punta Arenas

J’ai encore prolongé mon parcours jusqu’au Centre hippique, mais à part une grande étendu d’herbe, une grande tente installée au milieu (je comprendrai pourquoi plus tard : je m’y suis rendu pour une soirée de nouvel an en plein air…), et quelques chevaux au loin, il n’y avait rien d’intéressant. J’ai fait demi-tour, suis retournée au bord de l’eau, suis revenue sur mes pas. J’ai beaucoup, beaucoup marché et j’ai donc fait le tour de la ville en une seule journée.

Durant cette première journée, j’ai aussi pu acheter mon billet de bus pour Puerto Natales, un tour en bateau pour aller voir les manchots de l’Isla Magdalena. Ce fut une première journée de voyage bien rempli, qui m’a permis de me remettre de mes émotions et d’aller à mon rythme.

J’ai déjà beaucoup trop mangé aussi ! Il faut toujours choisir l’accompagnement en plus du plat principal (viande, poisson..). Les portions ici sont monstrueuses (même pour moi !), je n’ai réussi à finir aucun de mes plats (et ça, j’aime pas !). Au Chili, on vous sert aussi un petit apéro avant l’arrivée des plats, compris dans les pourboires « obligatoires ». Mais du coup, quand tu as bien faim, tu te jettes sur cet apéro et après tu n’as plus faim pour la suite. Mais impossible de résister (en général ce sont des petits pains tout chaud, avec des sauces à tartiner)…

Les prochains jours, seront faits de rencontres avec la nature, les animaux et une population chilienne très accueillante !
A suivre…

Besos

Marine


6 réflexions sur “Punta Arenas – Chili

  1. Holà Marine,
    Je suis une collègue de Jean-Michel et je suis passionnée de voyages.
    Je ne connais pas du tout le continent sud américain, je vais donc suivre votre blog avec beaucoup d’intérêt.
    Merci pour ce partage, c’est très intéressant et passionnant.
    Nathalie DUFRENE

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s